Top
  >  Personnages   >  Arturo Toscanini

 

Anniversaire

16 janvier, Arturo Toscanini, l’homme qui dédia sa vie à la musique  Pour les amoureux de l’Italie et de la musique, pour les visiteurs qui nous consultent sur Guiderome, pour tous ceux qui l’aiment ou qui l’aimeront encore plus… Aujourd’hui c’est l’anniversaire de la mort de Arturo Toscanini.  Né le 25 mars 1867 à Parme il s’est éteint le 16 janvier 1957 à l’age de presque 90 ans à New York… Il a commencé sa carrière de musicien comme violoncelliste à Parme au Teatro Regio. Enfant prodige de la musique pourtant issu d’une famille humble mais fort patriotique, violoncelliste, directeur “improvisé”. Il a 19 ans seulement quand il dirige à partition fermée, par coeur, l’Aida à Rio de Janeiro pour remplacer Miguez, en 1886. Suite à cela iI s’affirma dans les grands théâtres d’Europe et d’Amérique. Il fut appelé à la Scala de Milan pour la première fois en 1898.

Ensuite

Mais en 1931, ayant refusé d’exécuter les hymnes officiels avant un concert à Bologne, il fut giflé par un groupe de fascistes. Il émigra aux États-Unis, où il dirigea de 1937 à 1954 l’Orchestre de la National Broadcasting Company, créé spécialement pour lui. Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il retourna occasionnellement en Italie. Entre autre pour inaugurer la Scala reconstruite après les bombardements de 1943 qui l’avaient pratiquement détruite. Son amour de plus de 50 ans pour la Scala de Milan l’avait amené à mettre une somme folle pour sa reconstruction. Lors de la parenthèse fasciste, la sienne fut une politique sans compromis ni hypocrisie. Il lutta contre le fascisme, les lois raciales, l’axe Rome Berlin. Il se refusera aux théâtres d’Allemagne, d’Autriche et d’Italie tant que le régime était en place

L’homme

Par contre, il dirigera l’orchestre des réfugiés juifs, l’élite musicale, à tel Aviv…il refusera de nombreux cachets pour faire passer la musique et l’opéra dans toutes les maisons… Sa deuxième patrie, l’Amérique l’adorait et le porta aux plus haut niveau de l’histoire de la musique… Il avait un sale caractère mais il fut aimé de tous. Il cassera plus d’une baguette sur scène, en colère avec ses musiciens, il interdira les chapeaux des dames au théâtre, les conversations, les bis, la lumière. 81 ans d’une passion voire d’une dévotion fanatique envers la musique… le meilleur directeur d’orchestre de tous les temps. .. MUSICA , solo MUSICA e di QUALITA’… vous pouvez visiter sa maison natale, avec nous en Emilie Romagna !
Grazie maestro.